Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Tristan et Yseult – Résumé -1/3-

Publié le par Perceval

Illuminated letter 'T ' - from The Romance of Tristram and Iseut. Illustration by Maurice Lalau. Published 1910.

 ...Aucun texte ne contient le début de l'histoire de Tristan et Iseult ( ou Iseut, Yseult ), et pour la suite plusieurs versions proposent des épisodes semblables... Ce résumé constitue donc une histoire composite...

Tristan est un jeune chevalier réputé pour sa bravoure, sa beauté, ses dons de chanteur et de musicien. Il vit à Tintagel au pays de Galles, auprès de son oncle, le roi Marc.

Morholt Fights Tristan Julek Heller Illustration, 1990 Morholt Fights Tristan Julek Heller Illustration, 1990

 Tristan est l’enfant de Blanchefleur, la sœur de Marc, roi de Cornouailles, qui a épousé le roi de Lonnois en Bretagne continentale. En apprenant la mort de son mari, elle meurt en mettant au monde son jeune enfant qui sera nommé Tristan. Elevé par Governal, celui-ci rejoint la cour du roi Marc. Le royaume de Cornouailles est à cette époque assujetti à une coutume ancienne : payer chaque année un tribut de de cent jeunes filles à un géant d’Irlande, le Morholt.

Tristan-Slays Beast - MAC HARSHBERGER - Illustration from the 1927 edition of Tristan and Iseult by Joseph Bedier.

 

 

 

MAC HARSHBERGER - Illustration from the 1927 edition

 A noter : Le Morholt : C'est le beau-frère du roi d'Irlande. Dans la version wagnérienne ,il est le promis d'Yseult... "Mor" signifie en celte "mer" mais aussi "haut", "grand". Il est, en bref, le monstre que doit abattre Tristan-Thésée, symbole de la vieille humanité, par opposition à la jeunesse prometteuse de notre héros.

Tristan Lies in the Barge by Julek Heller 2 Tristan Lies in the Barge by Julek Heller

Tristan, défie et vainc, dans un terrible combat, le Morholt d'Irlande. Mais Tristan sort de ce combat affligé d'une blessure incurable causée par une flèche empoisonnée. Il abandonne la cour et s'en va sur une barque sans rames, sans voiles ni gouvernail, en la seule compagnie de sa lyre. Il arrive ainsi par prodige jusqu'en terre d'Irlande où Yseult la Blonde ( la belle aux cheveux d’or) , experte en arts de médecine et de magie comme l'avait été sa mère, guérit sa blessure.

Tristan se présente sous le nom de Tantris pour dissimuler son identité. Mais Yseult reconnaît en lui le vainqueur du Morholt. En effet, elle compare l'ébréchure de son épée avec un fragment de métal qu'elle a extrait du crâne du vaincu. Bbrewing love potion - Illustration from the 1927 edition of Tristan and Iseult by Joseph Bedier

Malgré tout, mue par la compassion et peut-être par une attirance naissante, elle soigne le blessé.

Le roi Marc, point tout jeune, est résolument célibataire, comptant d’abord sur son neveu Audret pour prendre sa succession, puis sur son neveu Tristan qui lui paraît plus digne. Mais les seigneurs de sa garde, coalisés autour d’Audret dépité, exigent que le roi se marie pour engendrer un héritier “légitime”. Se dérobant par une pirouette, Marc s’engage à épouser la femme dont un cheveu d’or vient de tomber du bec d’une hirondelle juste sur son épaule.

Bedier - Marty

Croyant apaiser la haine des seigneurs, Tristan se propose pour aller chercher la belle aux cheveux d’or ... qu'il connaît. Tristan se rend donc en Irlande pour la demander en mariage au nom de Marc, son oncle. Mais la main d’Iseut est promise à l’homme qui délivrera l’Irlande du dragon qui la domine.

Tristan se mesure alors au dragon et le tue. Mortellement blessé, il est de nouveau sauvé par Iseut et sa mère.

 

tristan_duncan Tristan by Duncan

 Recevant Iseut pour prix de son exploit, Tristan se conforme à sa promesse et la conduit à Tintagel auprès de Marc. Queen Drank deep draught and gave it tristan - Illustration from the 1927 edition of Tristan and Iseult by Joseph Bedier

Redoutant l’absence d’inclination de sa fille pour un mari imposé, la reine confie alors à Brangien, la suivante d’Iseut, un breuvage magique destiné à provoquer l’amour entre Iseut et son époux à qui Brangien doit le faire boire. Puis Tristan embarque Iseut à destination de Tintagel.

Iseut est à la fois charmée par Tristan et fâchée de le voir distant : en effet, Tristan se veut loyal vis-à-vis de son oncle et se détourne d’Iseut. trista10 Par erreur ou par calcul, Brangien leur offre un jour à boire le breuvage magique. L’amour est immédiat entre les deux jeunes gens. Arrivés à Tintagel, Iseut épouse Marc.

TRISTAN RETURNS TO KING MARK - MAC HARSHBERGER 1927 (Illustration from the 1927 edition of Tristan and Iseult by Joseph Bedier.)

TRISTAN RETURNS TO KING MARK - MAC HARSHBERGER 1927 (Illustration from the 1927 edition of Tristan and Iseult by Joseph Bedier.)

A suivre... 

Voir les commentaires

Les chevaliers de la Table Ronde.

Publié le par Perceval

Le mythe arthurien est une légende mystique et merveilleuse, une saga passionnante dans laquelle le roi Arthur, entouré des chevaliers de la table ronde, défie ennemis et maléfices pour conquérir le Graal et rétablir la paix dans son royaume. arthur-knights-table-2 Les chevaliers de la Table Ronde constituent, dans la légende arthurienne, un ordre chevaleresque au service du roi Arthur chargé de mener la quête du Graal et d’assurer la paix du royaume. King Arthur's Round Table WinchesterLa Table Ronde en elle-même fut dressée après que Merlin l’Enchanteur eut révélé à Arthur la nécessité de créer une assemblée faite de preux chevaliers afin de retrouver le Graal. La Table Ronde rappelait qu’ils héritaient de leur place uniquement sur leurs mérites, et qu’ils étaient à ce titre tous égaux.  La distance par rapport au roi peut réintroduire une hiérarchie, ce siège est choisi au hasard parmi les derniers. Elle symbolise l’égalité et la fraternité entre les chevaliers. Outre l’intérêt de rassembler les meilleurs chevaliers du royaume cette table était destinée à recevoir le Graal, quand il aurait été retrouvé.

 La Chevalerie

La chevalerie est le terme qui désigne l’institution féodale des chevaliers et les valeurs qui lui sont associées ou par le biais de la littérature, notamment le courage, l’honneur, la générosité et la notion d’amour courtois.

Qui pouvait devenir chevalier?

La chevalerie est socialement composite. Elle entretient des rapports assez complexes avec la noblesse. La noblesse au moyen âge n’est pas un statut ou un privilège mais une qualité d’intensité variable.chevalier_PH_91412 Tous les chevaliers n’étaient pas guerriers à plein temps, il existait des chevaliers-paysans vivant en communauté  dans des habitations fortuites. Le chevalier resta en contrebas, il mange parfois à la table du seigneur, partageant sa vie aventureuse avec ses fils, mais il est bien souvent d’origine sociale moindre. La chevalerie a été pour certains hommes du moyen-âge un ascenseur social, mais nombre de chevaliers sont issus d’anciennes famille noble : ils en sont les cadets célibataires et sans héritage, voire des bâtards. Quelles que soient les origines du chevalier, l’équipement de base du chevalier ( heaume, haubert, épée, cheval )  représentant le revenu annuel d’une seigneurie moyenne de cent cinquante hectares.

Comment devient-on chevalier ?

 

Adoubement chevalier 2L’adolescent accède à ce titre et à cet état après un apprentissage à la suite duquel il sera adoubé.  Avant l’adoubement, vers l’âge de sept ans, il est placé chez un seigneur qui sera son parrain. Il y gravit tous les degrés de l’éducation qui visent à en faire un guerrier. Il aide les chevaliers au tournoi et à la guerre.

Le chevalier est un soldat au service d’un seigneur, et un professionnel de la guerre, il vit souvent au château et doit être fidèle à son seigneur, lorsqu’il est vassal.

 
 
Les devoirs du chevalier

Envers sa dame :  Le comportement élégant d’un chevalier est la courtoisie. Elle se charge d’une dimension amoureuse, incarnée dans le personnage de Lancelot. L’amour courtois est chanté par les troubadours et les trouvères. Le chevalier doit mettre son épée au service du pape et des faibles. Les qualités de chevalier sont la sagesse, la prouesse, la générosité et la fidélité.

Knights names of the Round Table Parmi les chevaliers de la Table Ronde, citons:

Arthur : Fils d’Uther Pendragon, roi des Bretons et d’Ygraine, veuve de Gorlois, duc de Cornouailles, est un personnage très important de la mythologie bretonne. Emmené par Merlin lorsqu’il est encore enfant et confié à Antor, il est le seul à pouvoir tirer Excalibur de son socle. Il est le roi de la Table Ronde.

 

Agravain The fight in the queen's (304) Agravain : Fils du roi Loth d’Orcanie et de la reine Morgause. Il est le neveu du roi Arthur et le frère de Gauvain. Un des dénonciateurs des relations entre Lancelot et Guenièvre. Lors de son intervention au procès de Guenièvre, Lancelot se venge en le tuant.

Galaad speedgal

 

Galahad : Fils de Lancelot du Lac, vainqueur de la quête du Saint Graal avec Bohort et Perceval, il est le seul à pouvoir regarder à l’intérieur de la coupe ; C’est le plus jeune chevalier de la Table Ronde ; le seul assez pur pour s’asseoir sur le siège périlleux sans en être englouti.

 

GauvainGauvain : C’est le chevalier modèle et le meilleur de tous. Il fait preuve d’une courtoisie exemplaire pour tous les autres chevaliers de son temps. Il porte fréquemment l’épée du roi Arthur. Il  se bat pour Arthur mais se fait tuer par Lancelot. Lancelot pylelslasm

 

Lancelot : Il est l’un des chevaliers de la Table Ronde. Faisant ainsi partie du cycle du Graal. Il est l’archétype du chevalier courtois au service de sa dame, étant même prêt à sacrifier son honneur pour rejoindre celle-ci. Cependant, cet amour sera à l’origine de sa perte et l’empêchera de trouver le Saint Graal. Seul son fils, Galahad le Pur, aura ce privilège. Lors de son enfance, il fut emporté dans un lac par Viviane ( la dame et fée des lacs) ;  Lancelot fut le sauveteur de Guenièvre, il est reconnu le meilleur chevalier du monde et l’égal de Gauvain dans la Table ronde. Il tue Gareth, Agravain puis Gauvain pour Guenièvre. Perceval hjfserp

 

Perceval : Fils de Pellinore, il est le vainqueur de la quête du Saint Graal avec Bohort et Gahalad.

 

Tristan : Fils du roi Mélioda de Liories, il est l’époux d’Iseut aux mains blanches et amant d’Iseut la blonde. Le deuxième meilleur chevalier du monde Yvain

 

Yvain : Fils de Morgane et du roi Urien, Il est l’un des meilleurs chevaliers de la Table ronde ; banni par Arthur ; fidèle au roi et aux quêtes ; il est accompagné d’un lion.

 

 Conclusion

Le XIIe siècle fut sans doute le siècle d’or de la chevalerie. Celle-ci se structurait comme une véritable classe avec ses codes, ses valeurs et son mode vie.Chevalier tournoi 2 La cavalerie perdit sa primauté sur les champs de bataille, du fait de la réutilisation de nouvelles tactiques, ou de la mise au point de nouveaux armements. Si l’alourdissement des armures des cavaliers et des montures put un temps pallier ses faiblesses, la diffusion des armes à feu sur les champs de bataille dès la seconde moitié du XVe siècle porta un coup fatal à la chevalerie comme force militaire. A la même époque apparaissent les ordres de chevalerie au rôle essentiellement politique.

Sources:  Michel Vital Le Bossé, professeur de philosophie et passionné des légendes arthuriennes...

Voir les commentaires

Galerie sur Perceval par Ferdinand Piloty

Publié le par Perceval

Galerie sur Perceval par Ferdinand Piloty
Galerie sur Perceval par Ferdinand Piloty
Galerie sur Perceval par Ferdinand Piloty
Galerie sur Perceval par Ferdinand Piloty
Galerie sur Perceval par Ferdinand Piloty

Au château de Neuschwanstein en Bavière. Le château construit par Louis II, mécène et amateur de musique; Ferdinand Piloty fait exécuter des peintures murales avec la légende du Graal, en particulier la vie de Parsifal et Tristan et Isolde 

Vie de cour au Château du Graal

Vie de cour au Château du Graal

Voir les commentaires

La légende de Mélusine. 1/3

Publié le par Perceval

A la fin du XIV° siècle ( 1392 ), Jean d'Arras, écrit une "Histoire de Mélusine" ( 1392 ), où il relate "l'histoire vraie des événements stupéfiants qui survinrent au noble château de Lusignan, dans le Poitou". Melusine-julius-hubner.jpgOn y évoque les amours de Mélusine et du seigneur Raymondin de Lusignan. La fée serait d'ailleurs à l'origine de cette noble famille de Poitou. Cette légende s’enchasse dans une histoire plus large qui commencerait dans le royaume d'Albany ( Ecosse en celte )  avec la rencontre du roi Elinas, et de la fée Persine (ou Presine) … Ensuite, après la trahison de leur père, leurs trois filles: Mélusine, la deuxième Mélior et la dernière Palestine, se retrouvent sur l'île magique d'Avalon… Le cœur de la légende se résume ainsi : ( nous y reviendrons en détail …) melusine 11

Mélusine, maudite par sa mère, est condamnée à avoir chaque samedi le corps transformé en queue de serpent dès le nombril. Elle rencontre Raymondin et lui offre sa main à la seule condition qu’il renonce à la voir ce jour fatal. Raymondin consent à ce mariage et devient le plus puissant seigneur du Poitou. Bâtisseuse, Mélusine fait défricher le territoire et entreprend la construction d’une magnifique forteresse qu’elle nomme Lusignan.  Dix garçons, tous affligés d’un signe étrange, naissent de cette union. Mais un samedi, persuadé d’être trompé, Raymondin transgresse l’interdit et surprend son épouse prenant son bain à moitié serpente…

Son secret dévoilé, Mélusine s’enfuit, et survole les tours du château de Lusignan avant de disparaître …

Ce résumé se retrouve bien pauvre et trop simple… Cette histoire est elle-même tissée de mythes éternels et de toute l’humaine condition …. Mythes du couple, du rapport de l'homme et de la femme, sans doute plus ou moins fée, féconde, inlassable bâtisseuse, éternellement belle, aussi longtemps que l'homme aimé et comblé des bienfaits de son amour ne lui ôte son droit à son mystère, et la perd ( peut-être) pour toujours, dès lors qu'il a percé ce mystère...

melusine_the_mermaid_by_harpyqueen.jpg

Ce dont parle le mythe c’est cette part de mystère irréductible, qui restera toujours chez l’homme dans sa représentation de l’autre ( ici, la femme ). Sa fonction semble être l’inscription de la différence des sexes comme le non représentable, ce dont seul le mythe peut rendre compte. Mélusine, est plus qu’un personnage féminin, elle symbolise « l’anima »… L’anima représente la relation à « la source de vie » se trouvant dans l’inconscient. Dans cette histoire, Mélusine est une exaltation du Principe féminin. Elle possède d’immenses pouvoirs … femme toute-puissante, mère archaïque … Mais, et c’est le propre du conte… Le héros vit et rencontre des épreuves : ici la fragilité de l’amour… Il y est donc question de l’amour et de son lien au mystère, au secret, à la dignité, à la solitude… A suivre ....

Voir les commentaires

Le roi Arthur a t-il existé?

Publié le par Perceval

Le roi Arthur ( Vème siècle ...) est généralement associé au Moyen-âge du XIIe, celui des chevaliers en armure étincelante …
Comment cela se fait-il ?
  • Pour les anglais, c'est grâce à Geoffrey de Monmouth  (vers 1100 - 1155) et à Sir Thomas Malory (1405-1471)
  • Pour les français, la référence est Chrétien de Troyes (1135-1185)
  • Pour les allemands, c'est Wolfram d'Eschenbach (1170-1220), repris par Wagner
chacun prêtant - de son époque - costumes, armes, habitudes et moeurs ....
*****
 
 
 
De Nennius: Historia Brittonum (8e s.) 
Pourtant, historiquement, la première mention d'un Roi Arthur, est faite au 8ème siècle par Nennius, dans l'Historia Brittonum. Ensuite, pour prolonger les investigations, il nous faut chercher le personnages au travers de plusieurs chefs guerriers, et de plusieurs hypothèses:
  • Arthur serait né vers 470/475 et serait originaire du Pays de Galles. Il serait un chef breton du nom d'Aurelius Ambrosius, il aurait arrêté les saxons au mont Bodonicus vers 496 ap.JC : Il n'aurait pas été couronné roi.
  • Arthur pourrait aussi relever de Lucius Artorius Castus. Ce préfet romain, installé à York, a commandé (l'épigraphie l'atteste) la VIe Légion Victrix, chargée de combattre les Calédoniens (peuple de l'actuelle Écosse) au-delà du mur d'Hadrien. Il a remporté contre eux (et non contre les Saxons) une suite de victoires entre 183 et 185 après J.-C.
Sur cette image,Arthur 'King Arthur' se tient sur une pierre sacrée et accepte le serment de fidélité d'un chef celtique, d'un Picte et d'un Saxon ...
  • Selon Geoffrey Ashe [ historien, spécialiste d'Arthur ], le légendaire Arthur est inspiré du personnage réel de Riothamus, qui aurait porté le titre de « roi des Bretons » entre 454 et 470. Il serait venu par bateau en Gaule vers 468 - 469 pour aider l'empereur romain Anthemius aux prises avec les Wizigoths d'Euric. Il aurait mené son armée jusqu'à Bourges mais aurait été vaincu peu après en 469 ap.JC
L'historique roi Arthur, et ses compagnons, ne portaient pas d'armure étincelante !
Mais, peu importe... Ce que nous retenons, et qui nous "enseigne" ( qui nous fait signe ) ... c'est la Légende...!
 

Voir les commentaires

Morgane - 3/3 -

Publié le par Perceval

lefay-bydora-curtis-1875- Morgane avec excalibur Morgane avec Excalibur - Lefay bydora curtis-1875

Il est intéressant de constater que la posture rassurante, et maternelle de Morgane, va évoluer vers la figure du pouvoir féminin.

Elle règne sur le Val sans retour, au coeur de la forêt de Brocéliande. « La fée incarne bien la menace d’une femme dominatrice et castratrice et le danger des valeurs féminines » ( Laurence Harf-Lancner) .

Morgane est une  « fée fatale », elle incarne le destin des humains, jusqu'à leur mort ( mort d’Arthur). Morgane, est l'inspiratrice d'un type de récit :

Un mortel, souvent un chevalier, rencontre une fée dont il tombe amoureux et qui va le ravir du monde des humain. Ce passage dans l’Autre monde, celui des fées, le fait quitter un univers régit par les lois féodales pour un espace tout autre. 

Ainsi, c'est la femme surnaturelle qui permet au héros de révéler sa nature humaine. Son véritable pouvoir est de révéler la virilité enfouie. En découvrant l’amour auprès de la fée, le mortel accède au statut d’homme.

La christianisation a diabolisé Morgane, tout comme elle l’a fait de Mélusine. Elle l’a christianisée en sainte Marguerite, représentée « issourt », c'est à dire "sortant" du dragon, comme à Luceram (Alpes Maritimes), ou avec le dragon à ses pieds, le dragon-vouivre symbolisant alors les énergies telluriques. Dans Histoire et Géographie Mythique de la France, Henri Dontenville précise que dans le Queyras « une centaine de sorcières brûlées entre 1428 et 1447 (…) avaient comme prénom Marguerite » (p. 119).

   

Sainte Marguerite sortantdu Dragon: Bnf

Sainte Marguerite sortantdu Dragon: Bnf

Sainte Marguerite se hissant du dragon ( reliquaire ) Eglise de Luceram (06)

Sainte Marguerite se hissant du dragon ( reliquaire ) Eglise de Luceram (06)

Sainte Marguerite fut martyrisée sous le règne de Dioclétien, au IIIe siècle. C'est à la fin du Moyen Âge que son culte devint très populaire et que sa légende s'embellit de nouveaux détails. Marguerite aurait été jetée dans une fosse avec le dragon qui l'engloutit toute vive. Mais par la vertu de la petite croix qu'elle tenait dans la main, le dos du dragon creva et elle sortit indemne

 

Morgane a perduré sous le nom de fée Margot et l’on trouve un peu partout en France des « Caves à Margot », des « chambres de la fée Margot », des « fuseaux de Margot », des « Roche Margot » (id. p. 119).

On identifie parfois Morgane à la déesse Modron des mythes gallois. Celle-ci était la fille du dieu Avallach et la mère de Mabon. On a aussi suggéré certaines similarités entre Morgane et la déesse irlandaise Morrigan.

Cette Morrigan-là est associée à la guerre et survole les champs de bataille en adoptant la forme d'un corbeau. Elle peut se transformer en toute sorte d'animal, en jeune fille ou en vieille sorcière. En Italie, la fée Morgane donne son nom aux îles magiques des fées qui surgissent hors de l'eau, les Fata Morgana. En Bretagne, on nomme ces mirages « le château de Morgane la fée ».

Morgane pardonne à Lancelot - Lancelot 1286 lancelot prend congé de Morgane - Lancelot
Lancelot en prose de 1286 L'épisode du Val sans retour, avec Lancelot et Morgane
Morgane au Chateau du Val sans retour lancelot retourne chez Morgane - Lancelot 1286

Voir les commentaires

Perceval ou Le Conte du Graal - Chrétien de Troyes

Publié le par Perceval

Perceval ou le conte du graal Enluminure_3Le Conte du Graal est le titre donné par Chrétien de Troyes (1135-1185). On pourra toutefois le trouver sous le nom de Perceval ou de Perceval le Gallois.

Écrit au XII° siècle, ce cinquième roman restera inachevé puisque son auteur mourra avant de pouvoir le finir.

L'œuvre est dédiée à Philippe, comte de Flandres, qui a vécu entre 1143 et 1191.

Manuscrit daté de 1330

Reçu au château du Roi Pêcheur, le naïf Perceval assiste au cortège du Graal mais n'ose pas demander qui l'on sert et ce qu'il contient - questions qui auraient permis de guérir le roi infirme et de rendre la prospérité à la Terre Gaste (dévastée)

Le Conte du Graal a été conservé dans quinze manuscrits et a été publié cinq fois.

Le texte a posé problème. Ceci tient essentiellement au nombre de copies conservées, qui illustrent clairement le jeu des croisements, emprunts, contaminations ou échanges, sans parler des réfections ou des retouches plus ou moins arbitraires des moines copistes.

Chrétien n'avait pu écrire "que" 9234 octosyllabes. La suite des aventures de Perceval et de Gauvain est écrite par trois autres auteurs:

- Wauchier de Denain, Gerbert de Montreuil et Manessier sous la forme de 4 continuations totalisant plus de soixante-dix mille vers,

- Puis, d'une adaptation en vers, le Roman de l'histoire du Graal, attribuée à Robert de Boron (vers 1200)

- et d'une prose anonyme, Perlesvaus ( vers 1215). Par ailleurs, l'oeuvre de Chrétien s'intègre au cycle arthurien en prose connu sous le nom de Vulgate arthurienne (vers 1215-1235).

Perceval quitte sa mère

L'histoire en est la suivante: 

Une femme dont les deux premiers fils et le mari ont été tués, se cache dans une forêt pour élever son dernier enfant, Perceval, et l'éloigner de la chevalerie, cause de la mort de ses proches. Cependant, Perceval rencontre un jour un groupe de chevaliers qui le fascinent par leurs armures étincelantes.

Il part, malgré les supplications de sa mère, à la Cour du Roi Arthur. Ce jeune homme niais et rustre se fait remarquer par son attitude, vite oubliée cependant puisqu'il sort vainqueur de son premier combat. Il est alors fait chevalier et part à l'aventure avec un autre chevalier qui le place sous sa protection, Gornemant de Goor. Ce dernier lui apprendra tout ce qu'il devra savoir. Perceval se révèle être doué, ce qui est sans doute dû à ses nobles origines.

Il conquiert, entre-temps, le cœur de Blanchefleur, qui deviendra son épouse. Il continuera cependant ses aventures.

Un soir où il cherche un refuge, le jeune chevalier arrive au château du roi Pêcheur.

Des valets l'habillent d'écarlate et l'introduisent dans une vaste salle carrée au milieu de laquelle gît, à demi couché sur un lit, un homme vêtu de zibeline.

Parsifal avec Amfortas dans le Château du Graal. Peinture murale dans la Salle des Chanteurs, August Spiess, 1883 château de Neuschwanstein

Pendant que Perceval s'entretient avec lui, il est témoin d'un spectacle étrange : Un valet qui tient une lance au bout de laquelle perlait une goutte de sang s'avance. Deux autres valets suivent avec des chandeliers en or. Puis vient une belle jeune fille richement parée. Elle porte un Graal d'or pur orné de pierres précieuses. Une autre jeune fille porte un tailloir ou plateau en argent. L'étrange cortège va d'une pièce à l'autre tandis qu'on prépare un splendide souper. A chaque plat, le cortège réapparaît avec le Graal, sans que les assistants semblent y faire attention.

Bouleversé et intrigué, Perceval, s'interroge. Mais il se souvient des conseils de Gornemant qui lui a recommandé de réfléchir avant de parler et de ne pas poser de questions indiscrètes. De ce fait, il se tait. Après le repas, le châtelain, qu'un mal mystérieux semble ronger, se fait porter dans sa chambre par quatre serviteurs. Perceval s'endort à son tour.

À l'aube, en se réveillant, il trouve le château vide. Actionné par des mains invisibles, le pont-levis s'abaisse devant lui. Perceval reprend la route, mais il est bien décidé à élucider le mystère et surtout à retrouver un jour le Graal. Un peu plus tard, le jeune chevalier rencontrera une dame d'aspect horrible, qui lui reprochera le fait de ne pas avoir posé de questions, ce qui aurait pu sauver le roi pêcheur. Cinq ans plus tard, Perceval rencontrera un vieil ermite, son oncle, qui lui révèlera ce qu'est le Graal.

Sur le récit concernant Perceval, vient également se greffer le personnage de Gauvain, il contraste et complémente la figure de Perceval. Ses aventures nous présentent un chevalier courtois qui doit agir dans des situations contraires à la courtoisie (notamment le mensonge) pour laver son honneur souillé.

Perceval combat le chevalier Vermeil

 

Le conte du Graal a fortement influencé la littérature médiévale.

Le Parzival de Wolfram von Eschenbach est une des plus grandes œuvres de l'Allemagne médiévale.

Un autre personnage est le Gallois Peredur, fils d'Evrawc, héros d'un des trois romans gallois, les Y tair rhamant, associés aux Mabinogion (Ces trois romans sont: Peredur ab Evrawc, Gereint ac Enid, et Owein ).

Sur le plan musical, Wagner, en 1882, présentera son Parsifal, inspiré par Chrétien de Troyes et Wolfram von Eschenbach.

 

Extraits

Il s'agit du passage où Perceval découvre les chevaliers.

C'était au temps où les arbres fleurissent, les bois se feuillent, les prés verdissent, où les oiseaux dans leur latin avec douceur chantent au matin, et où toute chose s'enflamme de joie: le fils de la Veuve Dame de la Déserte Forêt perdue se leva et de bon cœur sella son cheval de chasse, se saisit de trois javelots et sortit ainsi du manoir de sa mère en se disant qu'il irait voir les herseurs qui pour sa mère hersaient les avoines, avec leurs douze bœufs et leurs six herses.

Ainsi pénètre-t-il dans la forêt et aussitôt, au fond de lui, son cœur fut en joie pour la douceur du temps et pour le chant qu'il entendait des oiseaux qui menaient joie. Toutes ces choses lui plaisaient. Le temps était doux et serein: il ôta au cheval son frein et le laissa librement paître à travers la nouvelle herbe qui verdoyait. En homme très habile au lancer, il allait lançant tout alentour les javelots qu'il portait, en arrière, en avant, en bas, en haut.

Pour finir, il entendit parmi le bois venir cinq chevaliers armés, de toutes pièces équipés. Elles faisaient un grand vacarme, les armes de ceux qui venaient! A tout instant se heurtaient aux armes les branches des chênes et des charmes, [les lances se heurtaient aux écus, les mailles des hauberts crissaient], tout résonnait, bois ou fer des écus et des hauberts. Le jeune homme entend, mais sans les voir, ceux qui arrivent à vive allure.

Il s'en émerveille et se dit: "Sur mon âme, elle a dit vrai, madame ma mère, quand elle m'a dit que les diables sont la plus effrayante chose du monde! Elle a dit encore, pour m'enseigner, qu'il faut, pour eux, se signer. Mais non! Jamais je ne ferai le signe de croix, je n'ai pas besoin de cet enseignement. Au contraire! Je serai si prompt à frapper le plus fort d'un des javelots que je porte que, certes, n'approchera de moi aucun des autres, j'en suis sûr!"

Voilà ce que se dit à lui-même le jeune homme, avant de les voir. Mais quand il les vit tout en clair, au sortir du bois, à découvert, quand il vit les hauberts étincelants, les heaumes clairs et brillants [et les lances et les écus, choses qu'il n'avait jamais vues], quand il vit le vert et le vermeil reluire en plein soleil, et l'or, et l'azur et l'argent, il trouva cela vraiment beau et noble et s'écria: "Doux Seigneur, mon Dieu, pardon! Ce sont des anges que je vois là! C'est vraiment grand péché de ma part, et bien mauvaise action d'avoir dit que c'était des diables. Elle ne m'a pas raconté d'histoire, ma mère, en me disant que les anges sont les plus belles choses qui soient, Dieu excepté, qui est plus beau que tout. Mais c'est Notre Seigneur Dieu lui-même, c'est sûr, que je vois ici! Car il en est un de si beau, que je regarde, que les autres, Dieu me garde! n'ont pas le dixième de sa beauté. C'est ma mère elle-même qui m'a dit qu'on doit croire en Dieu et l'adorer, s'incliner devant lui et l'honorer. Je vais donc adorer celui-ci et tous ses anges avec lui."

 

Voici le passage où Perceval est au château du roi Pêcheur:

Tandis qu'ils parlaient de choses et d'autres, un jeune noble sortit d'une chambre, porteur d'une lance blanche qu'il tenait empoignée par le milieu. Il passa par l'endroit entre le feu et le lit où ils étaient assis, et tous ceux qui étaient là voyaient la lance blanche et l'éclat blanc de son fer. Il sortait une goutte de sang du fer, à la pointe de la lance, et jusqu'à la main du jeune homme coulait cette goutte vermeille.

Le jeune homme nouvellement venu en ces lieux, ce soir-là, voit cette merveille. Il s'est retenu de demander comment pareille chose advenait, car il lui souvenait de la leçon de celui qui l'avait fait chevalier et qui lui avait enseigné et appris à se garder de trop parler. Ainsi craint-il, s'il le demandait, qu'on ne jugeât la chose grossière. C'est pourquoi il n'en demanda rien.

Deux autres jeunes gens survinrent alors, tenant dans leurs mains des candélabres d'or pur, finement niellés. Les jeunes gens porteurs des candélabres étaient d'une grande beauté. Sur chaque candélabre brûlaient dix chandelles pour le moins.

D'un graal tenu à deux mains était porteuse une demoiselle, qui s'avançait avec les jeunes gens, belle, gracieuse, élégamment parée. Quand elle fut entrée dans la pièce, avec le graal qu'elle tenait, il se fit une si grande clarté que les chandelles en perdirent leur éclat comme les étoiles au lever du soleil ou de la lune. Derrière elle en venait une autre, qui portait un tailloir en argent.

Le graal qui allait devant était de l'or le plus pur. Des pierres précieuses de toutes sortes étaient serties dans le graal, parmi les plus riches et les plus rares qui soient en terre ou en mer. Les pierres du graal passaient toutes les autres, à l'évidence. Tout comme était passée la lance, ils passèrent par-devant le lit, pour aller d'une chambre dans une autre.

Le jeune homme les vit passer et il n'osa pas demander qui l'on servait de ce graal, car il avait toujours au cœur la parole du sage gentilhomme.

 
 

Voir les commentaires

Morgane - 2/3 -

Publié le par Perceval

Une autre version circule : Morgane envoie sa sœur Morgause séduire Arthur devenu roi de l'actuelle Grande-Bretagne.  Morgane Déesse, reine, fée, amante et demi-soeur du Roi Arthur.

Un enfant nait, et Morgane sait que Mordred (le fils du roi) causera la perte d'Arthur. Son but est de détrôner Arthur afin de devenir la suzeraine de la Bretagne.

Dans le récit rapporté par Marion Zimmer Bradley dans Les Dames du Lac... Morgane a été élevée sur l'île d'Avalon par la grande prêtresse Viviane. Morgane aurait eu un enfant de son demi-frère le roi Arthur au cours du rituel du Grand Mariage devant unir la Vierge Chasseresse (symbolisant la Déesse) au Dieu Cornu (symbolisant le roi de Bretagne) sans savoir qui il était. Cette union eut lieu durant les feux de Beltane.

frise article 2

morgane 3

Morgane, est la représentante de l'ancienne foi à laquelle est fidèle le « petit Peuple », celui-là même qui a reconnu Arthur comme roi et qui lui a confié les objets sacrés de Bretagne comme l'épée Excalibur (Caledbolg en gallois). Elle s'oppose à Guenièvre qui se présente comme très pieuse et partisane de la Chrétienté.

C'est Morgane qui a brodé le fourreau magique de cette épée qui protège Arthur de toute blessure fatale au combat. Elle cherchera par la suite à lui reprendre cet objet sacré car, en ne restant pas fidèle à l'ancienne religion, il a trahi son serment, ses origines celtes et le Petit Peuple.

Mordred pourrait reprendre le pouvoir et rétablir l'ancienne religion. Le combat final opposant Arthur à Mordred se passe à Camlan. C'est là où le Jeune Dieu Cornu (Mordred) affronte le Vieux Dieu Cornu (Arthur). Les deux personnages s’entre-tuent, et Excalibur retournera dans le lac qui entoure l'île d'Avalon.

La légende veut que la dépouille du Roi Arthur ait été placée dans l'île d'Avalon, et qu'il réapparaîtra en des temps futurs.

morgane la fée 2 Dans La Morte d'Arthur de Malory, alors qu'Arthur gît mortellement blessé après la bataille de Camlann, une petite embarcation remplie de belles dames vient chercher le roi et l'emmène sur l'île d'Avalon. Elles allongent Arthur, il pose sa tête sur leurs genoux et l'une d'elles dit: « Ah, mon cher frère, pourquoi es-tu resté si longtemps loin de moi? »

Dans le bateau noir qui s'éloigne vers Avalon se trouvent Nimue, la Dame du Lac, et trois reines : celle de Northgalis, la reine des terres désolées, et la reine Morgane, sœur d'Arthur.

On raconte, également que Morgane aurait volé Excalibur pour la donner à Accolon, qui provoqua alors Arthur en combat singulier. Lorsque Accolon lâcha l'épée, Arthur la reconnut et le chevalier admit sa faute et se rendit.

Voir les commentaires

Morgane - 1/3 -

Publié le par Perceval

Fredéric Sandys- La Fée MorganeMorgane, ne nous laisse pas indifférent... et sa rencontre n'est pas aisée...

Fille d'Ygraine, est-elle la fille du duc de Cornouailles, ou d'Uterpendragon ?

Est-elle la sœur, la demi-soeur d'Arthur ?

Est-elle de notre monde, comme la plupart des proches d'Arthur, ou appartient-elle avec Merlin, au monde des enchanteurs et des fées … ?

Est-elle belle, est-elle laide … ? Sa personnalité, même, est ambiguë... est-elle néfaste ? Est-elle avec ou contre le roi Arthur ?

Elle n'hésite pas à dénoncer la relation entre Lancelot et Guenièvre, parce qu'elle met en péril la majesté royale d'Arthur ; et s'imaginera aussi, prendre le pouvoir de la Bretagne....

Pourtant, à l'issue de la bataille suprême de Camlan... c'est elle ; qui recueille Arthur blessé à mort dans son île d’Avalon.... Anecdote rapportée par Geoffroy de Monmouth dans sa Vie de Merlin (1150) ; c'est lui qui en parle le premier... Morgane vient du breton Mor, qui signifie « mer » et ganed, qui signifie « né ». Morgane est « née de la mer ».

morgane burne

 

Morgane la Fée par Anthony Frederick Augustus Sandys

par Edward Burne-Jones .

Morgane la Fée a rassemblé des herbes dans un bocal.

Anthony Frederick Augustus Sandys.

Morgane, passe une lampe,et jette un sort sur le manteau du Roi Arthur...

  On parle, alors, de Morgane, comme d'une guérisseuse. Chez Chrétien de Troyes (Erec et Enide, Yvain ou le Chevalier au lion), elle guérit son frère Arthur ainsi qu'Yvain et Lancelot ; dans le Roman de Brut, elle emmène Arthur sur l'île d'Avalon pour le soigner de ses blessures. Thomas Malory reprendra cet épisode dans Le Morte d'Arthur.

morgane bnf

Lancelot prisonnier de la fée Morgane dont il dédaigne l'amour

Manuscrit en quatre volumes réalisés pour Jacques d'Armagnac, duc de Nemours. Atelier d'Evrard d'Espinques. Centre de la France (Ahun), vers 1475. BnF, Manuscrits, Français 114 fol. 341v

© Bibliothèque nationale de France

Après avoir triomphé des épreuves du Val sans Retour, Lancelot rencontre Morgane qui s'afflige de la fin des sortilèges, car les dames et demoiselles du Val perdent leurs amants. Tout à son amour absolu pour Guenièvre, Lancelot résiste aux avances de Morgane qui, furieuse, décide de l'emprisonner. En échange de sa liberté, elle exige l'anneau qu'il porte au doigt. Mais il s'y refuse obstinément car c'est un gage d'amour de la reine. Lancelot menace de se laisser mourir de faim s'il ne part pas à l'assaut de la Douloureuse Tour pour délivrer son ami Gauvain. Morgane y consent contre la promesse qu'ensuite il revienne dans sa prison.

C'est à partir du XIIIe siècle, avec la nette christianisation du récit, que la légende fait d’elle une magicienne, disciple de Merlin, haineuse envers Arthur et Guenièvre, hostile et séductrice vis-à-vis de Lancelot, en contrepoint de la Dame du Lac.

Uther Pendragon ( qui épouse sa mère) la marie à Urien qu’elle n’aime pas. Différents récits du cycle lui donneront plusieurs amants et la font bannir de la cour par Guenièvre pour cette raison. Néanmoins, cette dernière n’étant pas elle-même un modèle de fidélité, on voit dans certains contes Morgane chercher à se venger en la prenant en défaut, par exemple en portant à la cour une coupe magique qui révèle l’infidélité (Tristan en prose). Son hostilité s’étend à d’autres membres de l’entourage du roi, en particulier Lancelot.

Dans Sire Gauvain et le chevalier vert Morgane est la complice de la belle dame de Haut-Désert, toutes deux recherchant la mort de Gauvain par des actes fourbes et traîtres.

Dans Le Morte d'Arthur elle s’empare d’Excalibur et pousse son amant Accolon à tuer Arthur, mais le plan échoue. Dans certains récits, elle s’empare du fourreau - dans lequel réside, selon certains, le pouvoir protecteur de l’épée - et le jette dans un lac.

Demie-sœur du roi Arthur, elle devient sa maîtresse lors du rite de "l'ancienne religion" païenne : Beltane. Le fruit de cette union sera Mordred.

Voir les commentaires

La Légende des chevaliers de la Table Ronde – résumé – 9/9 - La mort d'Arthur

Publié le par Perceval

Une fois le Graal retrouvé, le royaume est purifié, libéré des merveilles de Bretagne. Les valeurs chrétiennes ont vaincu les forces ténébreuses tapies dans les lieux sauvages, il n'y a plus de magie, de maléfices, d'enchanteurs et de créatures prêtes à terroriser le peuple. Celui-ci peut désormais vivre dans la lumière de Dieu, il n'a plus à craindre les forces obscures. Grâce au Graal, la nature est domptée, le monde civilisé, la Bretagne unifiée et christianisée.

Malheureusement, la société arthurienne ne survivra pas longtemps dans ce monde nouveau.innocenti Roi Arthur En dehors de quelques élus, les membres de la Table Ronde ne sauront pas se montrer dignes de la nouvelle exigence morale du royaume.

Les chevaliers sont rattrapés par leurs erreurs, leurs passions ou leurs mauvaises actions passées.

Ainsi, malgré ses promesses, Lancelot retombe dans les bras de Guenièvre, Merlin lui-même succombe au charme de la dame du Lac et se retire du monde visible pour demeurer à ses côtés dans une prison d'air.

 

Guenièvre au couvent , EH Garret 1902

Guenièvre au couvent , EH Garret 1902 

Quant à Arthur, il voit surgir un ennemi inattendu, Mordred, un fils dont il ignorait l'existence, fruit d'une relation coupable avec sa demi-sœur Morgause qu'il n'avait pas reconnue alors.

Mordred, perfide et fourbe utilise la liaison adultère de Lancelot et Guenièvre pour monter les chevaliers les uns contre les autres, il provoque ainsi une terrible guerre civile qui précipite le royaume vers sa destruction.

Arthur et ses chevaliers combattant Mordred et son armée ; enluminure extraite de De Casibus virorum illustrium de Jean Boccace (1360) Bnf Le-roi-Arthur-combat-Mordred

 

Lancelot est surpris avec Guenièvre. Arthur, bafoué et trahi par les deux êtres qu'il aime le plus au monde, ordonne que l'on tue Lancelot et que Guenièvre soit brûlée vive. Il poursuit alors son rival, venu sauver la reine le jour de l'exécution, jusqu'en Bretagne, fief de Lancelot...

Pendant son absence Mordred s'empare du royaume avec l'aide des Saxons. Il se fait couronner roi et retient Guenièvre. Arthur et son armée reviennent. C'est alors le combat final entre les armées d'Arthur et de Mordred sur la plaine de Salisbury.

Les Chevaliers de la Table Ronde s'opposent entre eux. Tous les personnages de la légende trouvent la mort au cours du combat. C'est Cador, duc de Cornouailles, qui devient roi de Grande-Bretagne. Guenièvre quant à elle prend le voile à Amesbury.

 

Le combat d'Arthur et Mordred , illustré par NC Wyeth pour The Boy King Arthur , 1922 Le combat d'Arthur et Mordred , illustré par NC Wyeth pour The Boy King Arthur , 1922

Lors d'une dernière bataille, Mordred est tué par son propre père. Arthur, lui, est mortellement blessé, mais alors qu'il agonise, sa soeur Morgane, la magicienne, vient le chercher pour l'amener en Avalon, l'île sacrée des druides, afin qu'il repose en paix. Non sans avoir rendu son épée Excalibur à la fée du Lac qui la lui avait confiée, Arthur quitte alors le monde des hommes pour rejoindre le paradis des héros de l'ancienne tradition. Il retrouve ainsi le monde invisible des légendes. 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>